Syemel : «Le crayon m’a permis de trouver mon équilibre »

Dimanche dernier, entre deux documentaires sur la vie sexuelle des escargots (nous y reviendrons très prochainement), j’ai rendu visite à un vieil ami dont j’ignorais le talent artistique jusqu’ à l’année dernière. Peu bavard, préférant se concentrer sur son dernier portrait qu’il peaufinait, il a cependant répondu sans langue de bois à toutes mes questions. Même les plus impertinentes.

celle ci

Tu t’es fait un nom sur les réseaux sociaux à travers des portraits mais beaucoup ne connaissent pas l’homme. Présente toi en insérant les mots “chauve“, “laid“, et “dépressif“.

(Après un fou rire) Je savais que j’aurais à faire à des questions tordues du genre. Je m’appelle Syemel Amour AGBAZAHOU. Je suis né en 1991 au Bénin. Je suis étudiant en master de communication. Je ne me trouve pas spécialement laid, je ne suis pas dépressif et je suis loin d’être chauve comme tu peux le constater.

Bien. Avant de débarquer chez toi aujourd’hui, je t’ai envoyé par mail, une interview du brillant Jowel Maestro réalisée par mon amie Mylène Flicka. Ça te fait quoi d’avoir un interviewer plus talentueux devant toi ?

(Rires) Déjà, je ne crois pas que tu sois plus talentueux. Tu la tacles juste parce qu’elle t’a affiché dans un de ses billets de blog. Ceci dit, j’aurais adoré vous avoir vous deux devant moi. Il y a un véritable potentiel. Quant à Jowel, je suis admiratif de son travail. C’est un peu comme un frère et nous entretenons de bonnes relations.

Tu sais, certaines mauvaises langues du quartier racontent que ton talent est apparu juste après un séjour au village et que ta force réside dans ta touffe de cheveux. Tu peux m’en dire plus ?

(Rires) Tu me donneras les noms de ces mauvaises langues en off. Il n’y a rien de vrai dans cette histoire. J’ai commencé à dessiner depuis ma première année en maternelle. Je devais avoir dans les 3 ans. J’ai continué à gribouiller parce que je sentais qu’il y avait un truc. Après mon CEP, j’ai voulu m’inscrire à l’école des arts du SOS Village d’enfants mais mes parents se sont opposés. J’ai donc poursuivi mes études dans l’enseignement général en mettant de côté le dessin. Ce n’est qu’un soir de juin 2014, soit après plus de douze ans de pause, que je suis (re)tombé amoureux du crayon, un peu par hasard. J’ai fait des esquisses et j’ai vu que je n’étais pas encore totalement rouillé. Et l’aventure ne s’est jamais arrêtée depuis. Le crayon m’a permis de trouver un certain équilibre dans ma vie. Pour ce qui est de ma touffe de cheveux, je n’ai rien à te dire. Ce n’est pas ton problème (rires).

Intéressant tout ça. Sinon, pour les accros aux réseaux sociaux comme moi, on constate qu’il y a un nouveau dessinateur ou portraitiste qui pointe son nez chaque jour. Le souci, c’est que vous êtes quasiment dans le même style. C’est parce que le dessin permet de draguer des filles que vous vous y mettez tous ?

Très drôle. Je ne sais pas si dessiner facilite les relations avec la gente féminine mais ce n’est pas mon cas. Quoique, c’est possible. Peut-être qu’en t’y mettant, tu auras plus de succès que moi. Surtout que toi, ton célibat commence par inquiéter du monde (Rires). J’ai aussi constaté comme toi, qu’il y a beaucoup de jeunes qui se lancent dans le dessin. Je ne peux que m’en réjouir. Il y a vraiment de la place pour tous les talents. Même si tout le monde va dans le même sens.

wpid-img_20150418_124550_690.jpg

Portrait de Rosa Parks, qui s’est battue pour avoir sa place. By Syemel

D’accord, je veux bien croire qu’être dessinateur n’est pas forcément un atout pour charmer. Mais vu la belle maison dans laquelle nous sommes, je peux au moins conclure que le dessin paye bien ?

(Rires) On dessine d’abord par passion. C’est comme toute autre activité dans la vie. S’il n’y a pas un minimum de passion, tu n’arrives à rien. La maison dans laquelle nous sommes, c’est celle de ma mère. Pas la mienne. C’est vrai que je reçois quelques fois des commandes mais je ne vis pas encore de mes portraits. Il y a de la route à faire.

Revenant à tes dessins, j’ai remarqué que tu dessines aussi bien avec le crayon que le stylo. Comment tu expliques cette aisance ?

Ce n’est pas de l’aisance. C’est vrai que j’ai récemment fait un portrait de Bob Marley au stylo mais ça relève plus du défi qu’autre chose. Le stylo, tu as très peu de marge. Tu ne peux pas te permettre beaucoup d’erreurs. Et comme je suis aussi flemmard que toi, je reste fidèle à mon crayon.

Portrait de Bob Marley au stylo. By Syemel

Portrait de Bob Marley au stylo. By Syemel

Si quelqu’un comme moi, sans talent apparent, déboule devant toi pour demander des conseils, que dirais-tu ?

Si c’est toi, je te dirai de ne pas forcer le jeu (rires). Plus sérieusement, je suis de ceux qui pensent que tout le monde a un talent. Il suffit juste de se poser et de le trouver. Après, tout est possible par la seule force de la persévérance.

Portrait de Rihanna (son préféré). By Syemel

Portrait de Rihanna (son préféré). By Syemel

 Merci infiniment à Syemel de m’avoir accordé de son temps pour cette entrevue. Je parie qu’après avoir lu ceci, vous ferez un tour sur sa page Facebook ici et que vous le soutiendrez en partageant systématiquement ce billet. Même sur Google +.

Publicités

12 réflexions sur “Syemel : «Le crayon m’a permis de trouver mon équilibre »

  1. Connaissais pas l’homme, connaissais pas l’interviewer, a juste une question : les mots barrés dans le texte l’ont-ils été au crayon ou au stylo?

    J'aime

  2. J’ai connut ce grand artiste en 4ème année primaire lui il était en 3ème année primaire. Je l’ai connut grâce à un concours de dessin. En faite notre école réveillait en nous nos talent à travers plusieurs activités. Syemel était parlait les meilleur si je m’en souviens bien. Je ne souviens comme aujourd’hui que l’on a fait connaissance grâce au crayon.
    En bref il a cultivé son talent pour être au perchoir aujourd’hui. Par rapport à ses cheveux, il n’est pas Samson mais le grand Amour A. C’est simplement sont style.
    Au lieux de critique déconstruictive, il faut plutôt trouver une bonne école pour lui afin qu’il ne perde pas son dont.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.